Roch Trevezel

Roch Trevezel

mardi 10 février 2015

Armée bretonne pour Saga - Les guerriers de Morvan Lez-Breizh

Ayant grandi en Bretagne, entre Quimperlé et Le Faouët, au pays du Roi Morvan, j'avais envie de me lancer dans ce nouveau projet qui me tenait à coeur pour Saga.


I was born on the south-west coast of Brittany (Cornouaille). We have local heroes likes King Morvan, Nominoë or Alan "the Fox" (Alan Twistedbeard or Alain Barbetorte in french) for the Dark ages period. To play a warband with Morvan, I prefer to use the Gripping Beast miniatures. They have a more celtic design for a Breton army from the 6th century to 913.





La légende raconte que Morvan allait au combat suivi d'un chariot contenant un millier de javelots.
The legend says that Morvan went to war with a chariot carrying a thousand javelins.




Entre deux seigneurs, un Franc, un Breton,           Between Cosel and King Morvan Lez-Breizh
S'apprête un combat, combat de renom.                A regular combat was arranged.

Du pays breton Lez-Breizh est l'appui,                  May God help Morvan to overcome!
Que Dieu le soutienne et marche avec lui!            God give good news to all those at home!-

Le Roi Lez-Breizh,                                                 This has caused the lord Morvan to say,
Éveille un matin son jeune écuyer:                         To his faithful young squire one day:

Page, éveille-toi, car le ciel est clair;                      Quick, arouse, my squire, upon my word,
Page, apprête-moi mon casque de fer.                    It's time for you to furbish my sword!

Ma lance d'acier, il faut la fourbir,                         That, with helmet, spear and lance, I may
Dans le corps des Francs je veux la rougir.            Redden it in Frankish blood today.

Le seigneur Lez-Breizh, des Bretons l'appui,         With the help of God I shall carry
Allait au combat, son page avec lui.                       Slaughter into their ranks presently!





Morgezeg endro dezañ ker stank hag ar geot war lez ar stank.
D'autres chevaux il vient autant qu'il y a d'herbe au bord d'un étang.
Other horses are around, like reeds on a pond they abound.





Dalc'hmad'ta, dalc'hmad'ta, marc"h, darc'h gant e benn; darc'h mad'ta, darc'h!
Cheval, frappe-le donc à la tête! Frappe et tiens bon!
Stand fast! Stand fast, horse! Hit him on the head with high force!




Ken a risk er gwad an treid noazh. Gwasoc'h-was! darc'h-ta, gasoc'h-was!
Les pieds nus glissent dans le sang. Frappe fort, frappe constamment!
Naked feet slip on blood you spill. Harder your blows! Aye, harder still!




Pour ceux qui ne connaissent pas ce formidable conteur qu'est Patrick Ewen :

Ce texte est inspiré du Barzaz Breiz, un recueil de chants bretons, paroles et musiques datant du XIXe siècle. Ce recueil est publié en version bilingue (breton et français).

La bataille de Kerlouan raconte le périple de Bran, un jeune guerrier breton qui est capturé par des Vikings suite à un raid de ces derniers sur la côte nord de la Bretagne. Bran signifie aussi en breton le corbeau.

At the battle of Kerlouan, the horseman Bran was wounded and captured by some Vikings. This old song describes how Bran was incarcerated in a tower beyond the sea.

http://www.musicme.com/#/Patrick-Ewen/titres/Bataille-De-Kerlouan-t622702.html

War waez ar stourn e kerlouan
Zo un dervenn a us d'al lann
War un dervenn pa bar al loar
Bemnoz en em zastum evned mor
Evned mor du o flunv ha gwenn
Gant ul lommig goad war ho fenn
Ganto ur vranez gozh du louet
Ganti ur vran yaouank ha gevret
A skuizh o daou a gleb o eskell
O tonet eus tramor d'eus pell
Hag an evned a gan ur c'han
Ken kaer ma tav ar mor ledan
Hag an evned a gan ur c'han
Ken kaer ma tav ar mor ledan
Ar mor ledan

Un chêne surplombe le champ                               On the battle field, at Kerlouan
D'honneur et la grève, à Kerlouan,                        An oak stands over the ocean.
C'est là que Les Vikings ont pris la fuite.              On this very oak, by moon light,
Sur ce chêne, les nuits de lune                               Birds will gather every night.
Les oiseaux de diverses plumes                             Fowls of the sea, black and white birds,
S'assemblent, des noirs et des blancs,                    A blaze of blood on their foreheads,
Certains, au front taché de sang.                            Alongside with them a white Crow
Ainsi qu'une corneille grise                                   A young raven with her, also.
Qu'un jeune corbeau l'on voit suivre.                    Both of them weary, with wet wings, 
Ailes mouillées, bien las tous deux,                      Since they've been o'er the sea flowing.
D'avoir franchi l'océan bleu.                                 And all the birds strike up a tune
Puis le chant des oiseaux commence,                   So beautiful that the sea soon
Si beau que la mer fait silence.                             Keeps silent. All the birds sing low
Tous entonnent le chant si beau                           Except the Raven and the Crow.
Sauf la corneille et le corbeau.                             Now the Raven has said to them:
Le corbeau dit: - Oiseaux chantez!                      - O sing, little birds, sing again!
Vous n'avez rien à regretter:                                You died here, birds of this country!
Vous mourûtes en ces campagnes,                      We died so far from Brittany! -
Mais nous, si loin de la Bretagne. 


La chanson de Bran / The Song of Bran





Les Machtierns / The Machtierns (Hearthguards)














Skrigna ra bleizi Breizh-Izel
O kleved embann ar brezel,
O klevout ar you e yudont.
Gant c'hwez ar C'hallaoued e reont.
E henchoù a-berr a welor
O redek ar gwad evel dour.
Ken yey ruz-glaou brusk an houidi
Hag ar wazi gwenn o neuiñ.
Muioc'h a dammoù goaf ha sklent
Eged skoultroù goude barr-went.
Ha muioc'h a bennoù-maro
Eged e karnelioù ar vro.
Paotred Bro-C'hall, 'lec'h ma kouezint
Beteg deiz ar varn a c'hourve'int.

Les loups de Bretagne vocifèrent                    The Breton wolves they gnash their teeth,
En entendant le ban de guerre.                       When gathering calls spread o'er the heath.
Comme ils hurlent à nos hourras:                  Hearing the cheers, they give a yell
L'odeur des Francs les met en joie!                Since of the Franks the scent they smell!
Bientôt on verra les chemins                          O'er paths and lanes shall run a flood
Ruisseler de sang, comme drains,                  But not of water, of sheer blood,
Rougissant le poitrail des oies                       And ember-red will make the sauce
Blanches et canards à la fois.                        Ducks and white geese swimming across.
Au sol, plus d'épieux en morceaux                 More lances scattered on the ground
Qu'après tempête, de rameaux.                      Than, after a storm, boughs be found.
Et plus de crânes défoncés                             And more death's heads shall fall, by far,
Que l'on en trouve en nos charniers.             Than in our charnel houses are.
Là où les Francs tomberont,                          Soldiers from France, where e'er they fall,
Qu'ils attendent Armageddon                         Lay there untill doomsday horns call,





Deom, deom, deom, deom, deom d'ar gad! 
Deom kar, deom breur, deom mab, deom tad! 
Deom, deom, deom oll! Deom 'ta, tud vad!

Allons, allons, au combat allons!                      March, march! Let us go to the fight!
Parent, fils, frère, père, marchons!                   My kin, my son, my brother, my father!
Tous, hommes de coeur, allons donc!               March with us and do what is right!



Mes premiers guerriers / My first warriors







Le dernier combat de Morvan / The last fight of King Morvan

http://www.musicme.com/#/Patrick-Ewen/titres/Le-Dernier-Combat-De-Morvan-t622699.html


Morvan à pied / Morvan on foot







Tout grand héros doit avoir son propre barde...



du moins pour chanter ses victoires, ses défaites ou sa mort...  



Cela faisait sept ans et un mois
Que son écuyer battait les bois,
A sa recherche et allait disant,
En passant par le bois d'Helléan:
Lez-Breizh reste introuvable
Voilà qu'au bout du bois, il entend
Un cheval hennir plaintivement.
Et le sien mettant le nez au vent,
Y répondit en caracolant.
Lorsqu'il arrive au bout de ce bois,
C'est le cheval de Lez-Breizh qu'il voit.
Tête baissée, près de la fontaine,
Il ne boit pas et il paît à peine.
Il flaire seulement l'herbe verte
Qu'avec ses sabots il a ouverte.
Puis il lève la tête. On l'entend
Pousser un lugubre hennissement.
Un lugubre hennissement encore.
D'autres diraient qu'il hurle à la mort.
Près le la source qu'y a-t-il donc,
Vieil homme? Qui dort sous ce buisson?
C'est Lez-Breizh qui repose en ce lieu,
En Bretagne à tout jamais fameux.
Un jour il reviendra,
Il s'éveillera en criant: "Sus aux Francs!"

Now for seven years had Lez-Breizh' squire 
Sought his master in every shire. 
One day as he was riding ahead 
Through the moor of Helléan he said: 
- What profits it that with my own sword 
I slew the murderer of my lord? 
- Then he heard beyond the shrubs of gorse 
The plaintive whinnying of a horse. 
His own steed gave a sniff, deep and loud 
And he set to capering about. 
The lad recognized the black charger 
It was that of Lez-Breizh, his master! 
Near a fountain the horse was standing. 
He did not graze and he did not drink. 
But he sniffed the grass, standing aloof 
And he scratched the earth with his hoof. 
Then the beast once more, right mournfully, 
Raised its head and gave a long whinny. 
A long whinny full of mourn and grief. 
That he wept was the common belief. 
- Old chief, to this spring your way you found: 
Who lies under this burial mound? 
- It is Lez-Breizh who sleeps in that grave, 
Whose fame shall survive from age to age. 
Every moment, crying, he will rise, 
From the Breton land the Franks to drive!





Morvan sur son grand étalon de bataille / Morvan on his black steed


Le vent d'est est chargé des odeurs de la guerre
et il souffle avec des accents sauvages
sur les terres brunes de l'Arrée.
Les guerriers qui vont partir au combat
chantent haut et clair en frappant leurs épées sur leurs boucliers.
Les feux de camp projettent vers le ciel des gerbes d'étincelles
illuminant le pays comme en plein jour.

Devant sa tente, la lueur des feux se reflétant dans ses yeux vifs au regard d'aigle,
se tient Morvan, celui que l'on appelle Morvan Lez-Breizh.
Il a revêtu sa cuirasse de bronze et porte au front le casque aux ailes de corbeau,
symbole du seigneur des batailles.
Autour de lui se tiennent ses lieutenants.
Des guerriers de grande taille, immenses, maigres et silencieux.

Morvan lève les yeux vers le ciel. Demain sera une belle journée pour mourir !
Car demain, il ira au devant de sa mort. Il le sait. Il en a eu la vision.
Il a vu le blanc cheval de mer enlacé par les anneaux du serpent monstrueux
et le serpent a planté ses crocs puissants dans l'encolure du cheval
d'où s'échappe un flot de sang rouge maculant sa robe blanche.

Au matin, les hordes sont en présence ;
en bas dans la plaine, les guerriers francs,
en haut sur les collines, les guerriers des Hautes Terres.

Le soleil se lève à l'horizon.
Morvan lève son épée et pousse son cri de bataille.
Les deux grandes armées déferlent l'une vers l'autre
et se heurtent avec violence comme des lames de fond.
les premiers coups de la bataille sont portés.
Toute la journée, les guerriers vont lutter à pied et au corps-à-corps
tuant et mourant en un rouge chaos.
Les lignes d'acier s'entrelacent et se tordent.
Et dans l'océan démentiel de la bataille,
les visages hagards couverts de sueur vont et viennent.
Les épées et les haches scintillent au soleil comme des embruns marins.

Au cœur de la mêlée, le grand corps de Morvan Lez-Breizh se soulève et se tend,
il présente déjà de nombreuses et profondes blessures.
Mais il frappe toujours avec une lourde épée de fer et en vérité
aucun casque, aucun bouclier, ne résiste à ses terribles coups.
Morvan jette un rapide regard autour de lui.
De chaque côté du groupe des chefs, ses guerriers reculent irrésistiblement
faisant payer le prix du sang pour chaque pouce de terrain.
Mais ils reculent...
Alors Morvan pousse un hurlement terrible et ses guerriers galvanisés se jettent en avant
avec la fureur du désespoir et la brèche est enfin ouverte dans les rangs ennemis.
Les Francs connaissent leur défaite et très vite ils rompent le combat.
La victoire est totale.
La clameur de la bataille retombe.

Tandis que la lande immense baigne dans la lueur du soleil couchant,
Morvan lève les yeux vers le ciel et sourit doucement.
Alors il s'effondre dans les bras de ses compagnons
tandis qu'un flot de sang rouge s'échappe de sa bouche.
Alors on amène son grand étalon noir de bataille.
On l'aide à se hisser en selle
tenant toujours fermement serré dans sa main droite sa lourde épée de fer.

Par les nuits de pleine lune,
des voyageurs isolés déclarent avoir vu un grand étalon noir
sur le tertre de Koad an Noz au cœur de la forêt du Huelgoat.
Il a la tête baissé mais il ne broute ni ne boit.
Il flaire simplement l'herbe verte qu'il gratte de son sabot.
Parfois il lève la tête, ses naseaux frémissent
il se met alors à hennir doucement, tristement.
On dit que Morvan Lez-Breizh est là
qui dort sous le tertre, en ce lieu.

Patrick Ewen, Berceuse pour les vieux enfants.




Le peuple a été opprimé, le pays a été foulé 
par des envahisseurs étrangers, 
par des envahisseurs des pays des Francs. 
Les jeunes se sont levés, levés se sont les vieux.
La Bretagne est en feu, et en sang, et en deuil.

Au sommet de la Montagne Noire,
douze paysans étaient réunis autour du grand feu de joie.
Or, Kado le batailleur était là avec eux, 
s'appuyant sur sa fourche de fer.

- Avant le jour, ils auront querelle et bataille !
Nous le jurons par la mer et la foudre !
Nous le jurons par la lune et les astres !
Nous le jurons par le ciel et la terre ! 

- Ken an de keffont trouz ha kann !
Nini hen toue mor ha taran !
Nini hen toue stered ha loar !
Nini hen toue nenv ha douar !


Une levée / Levies 










- Avant le jour, ils auront querelle et bataille !
Nous le jurons par la mer et la foudre !
Nous le jurons par la lune et les astres !
Nous le jurons par le ciel et la terre ! 

- Ken an de keffont trouz ha kann !
Nini hen toue mor ha taran !
Nini hen toue stered ha loar !
Nini hen toue nenv ha douar !







Frères Budoc et Kaourintin du monastère de Landevenneg, mes 2 conseillers religieux.

My two Religious Advisors: brothers Budoc and Kaourintin from the monastery of Landevenneg.










2 points de gardes montés / 2 points of mounted hearthguards












Ar Vretoned a welis o lemm' o c'hlavier wall, 
Naren war higolen Breiz nemet houarnez ar Frank. 

Ar Vretoned a welis o vediñ er c'hadir, 
Naren gant filzier-strob nemet klezeier-dir, 

Kennebeut gwinizh ar vro kennebeut hor segal, 
Nemet pennou-blouc'h Bro-Saoz ha pennou-blouc'h Bro-C'hall. 

J'ai vu les Bretons aiguiser leurs armes terribles, non sur la pierre de Bretagne, mais sur les cuirasses des Francs.

J'ai vu les Bretons moissonner sur le champ de bataille, non pas avec des faucilles ébréchées, mais avec des épées d'acier ;

Non pas le froment du pays, non pas notre seigle, mais les épis sans barbe du pays des saxons, et les épis sans barbe du pays des Gaulois.




En attendant la suite, voici un boned ruz/bonnet rouge et quelques cochons du Kreiz Breizh pour l'escorte

Ma ann avel kriz diwar vro-C'all, pa na vresk na loen gwez na chatal... Ne d'eo ket hrao bout e toull ann nor.

Le vent souffle glacé du côté du pays des Francs, c'est l'heure où les troupeaux et même les bêtes sauvages ont cessé d'errer ça et là... Il ne fait pas bon être dehors !








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire